« Mohamed était notre ange gardien », l’hommage au jeune homme retrouvé démembré

« Le visage de ton ange est fixe, dans un cadre scellé. Tu es drôle, tu es belle, tu es du plus bel âge. Dans l’esprit des gens, chaque mot de Suzan fait l’éloge de Mohamed, tué à Lyon dans des circonstances mystérieuses, et dont le corps démembré a été retrouvé dans les canalisations d’une maison de Saint-Priest. Micro en main, Marie Luttenschlager, responsable de la section jeunesse de la MJC des Rancy, entonne les couplets de la chanson. “Quel genre d’homme es-tu ?” Avez-vous vraiment changé si la vie vous a laissé d’une manière différente ? »

Mercredi après-midi, 400 personnes se sont rassemblées pour participer à la procession blanche pour honorer l’enfant et demander justice. Mohamed n’a pas encore 17 ans. Depuis l’annonce de la catastrophe et la brutalité de la vérité, sa famille est “assise là, à faire du snorkeling”, “à pleurer jusqu’à en devenir aveugle”. « Il aime la vie, la vie est devant lui, sa tante est tombée. Je ne peux pas être confus. La façon dont il est parti… » Les morts ne sortent plus. Frustré, il se ressaisit pour continuer : « Parfois, j’ai l’impression qu’il va venir frapper à ma porte. »

Lire Aussi :  Coupe de France et Ligue 1 : le TFC peut-il courir deux lièvres à la fois ?

“cela devrait”

A quelques mètres de là, le père du jeune homme peinait à parler. “Je tiens à remercier tout le monde là-bas et à remercier la police qui travaille sur l’enquête”, a-t-il déclaré. “Ce voyage ne le ramènera pas mais il le faut, dit son oncle. Le tueur n’a pas seulement tué Mohamed, il a tué toute la famille. Ce qui s’est passé sera toujours inscrit dans notre programme. Mohamed est bien éduqué, respecté, respecté ». “Il est notre ange gardien et il a de nombreux parents. Il prenait soin de sa mère, de son père, de sa sœur. »

Le garçon a un plan : faire un stage en Espagne, obtenir son Bafa. “Bénévole”, il n’a jamais boudé le travail et a passé la plupart de ses soirées libres à la MJC des Rancy. Alors, lorsqu’on lui a demandé “quelques mots” pour décrire la jeunesse, Marie Luttenshlager a rapidement répondu : “Oui, beaucoup, beaucoup.” Il aime participer aux événements que nous organisons. Il donne toujours un coup de main au bar ou au restaurant. Quand nous étions dans le besoin, il nous proposait toujours de remplacer les chauffeurs manquants”, raconte la jeune femme.

Avant que le cortège ne passe derrière les grands drapeaux, la presse s’agrandit à nouveau. Il n’y a pas eu de moment de silence. “Le silence n’est pas ce dont il s’agit”, déclare Marie Luttenshlager. Mohamed aime le bruit. Il aime être le centre de l’attention. Clown, animation dans la galerie. “Sa répartie lui fait du bien” dans le don de faire rire. « Sympa » était le mot qui sortait le plus de la bouche des participants.

Lire Aussi :  Vaccination en France : où en est-on le jeudi 15 décembre 2022 ? Nombre de vaccinés par région

« Pourquoi cette haine ? »

“Il est comme mon grand frère. Il n’a d’histoire avec personne. Il écoutait tout », se souvient Inès, les yeux pleins de larmes. Mohamed, elle, l’a vu dès l’âge de six ans dans les classes de l’école et « au parc ». « Je ne sais pas comment il est sans lui », a-t-il ajouté. , entouré de ses meilleures amies Adela, Mélina et Mélyia. “Il m’a toujours fait rire, et sur le tout, il s’occupe de tout le monde, même de ceux qu’ils ne connaissent pas comme les petits, par exemple… Oui, Mohamed est bien”, a ajouté l’un d’eux.

En tête du voyage, la famille de l’enfant. La tête haute, son père marchait lentement, sa fille le tenant. “Ça me fait mal”, a dit Orkia, une habitante “très impliquée dans la communauté”. « Le petit est un ange, une fleur. Pourquoi ? Pourquoi cette haine ? C’est effrayant, comment une personne pourrait-elle faire ça? » La Lyonnaise avoue que c’est « difficile d’en parler » : « Je n’arrive pas à le mettre en mots. »

Lire Aussi :  Kellogg France intègre ses incroyables nouveaux bureaux à Boulogne-Billancourt

“C’est triste pour les parents, pour les amis mais pour tout le monde. Nous avons peur pour nos enfants”, a déclaré Nacera, marchant avec une rose blanche à la main. “La pauvre Lola a été tuée en rentrant de l’école. Mohamed a été tué en allant travailler. Les gens sont fous. Nous avons coupé des têtes, des mains. .. Trop. On est bourré de tout”, a-t-il conclu avant d’entrer à la MJC. Sur le site, un autel a été construit avec des images de Mohamed. Sur les photos, l’enfant sourit, content de la victoire en karting, le V fait le milieu d’une montée, répare la cuisine ou aide un “petit” à attacher sa corde. Certaines lignes “cultes” prononcées par l’enfant sont incluses. “Mon cœur est brisé”, a déclaré un jeune homme à son ami en déposant une dernière rose.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button